Rage presentera son nouveau SSV à Arzacq. Projecteur sur le rapide Joris Delbouys au volant avec le n°410

Rage présentera son nouveau SSV à Arzacq. Projecteur sur le rapide Joris Delbouys au volant avec le n°410

delbouys

  1. Rage arrive officiellement en championnat. Comment s’est passé cette association ? Petite présentation du pilote ?

J’ai commencé à rouler en rallye en 2016 en Maverick Turbo, avec quelques résultats à la clé. En 2017 la catégorie SSV a vraiment prit un gros tournant avec l’arrivée entre autre du X3 et de pilotes très sérieux comme Sébastien Guyette et d’autres. Avec Louis Peraudeau, mon co-pilote, on a reprit la saison 2017 à partir du Dunes avec un X3 de chez Quad Bike Evasion pour voir si l’on pouvait confirmer nos résultats de l’année passé. Nous avons mené le Dunes jusqu’à la casse de la courroie dans l’avant dernières ES, puis dans la foulée nous finissons 2 au 7 vallées et 3 à Plaines. C’est à partir de ce constat que l’on a vraiment eu envie de faire une saison complète. Cependant comme tout le monde le sait, une saison complète coûte énormément, la machine étant le plus gros investissement. Et puis en roulant avec Vincent et l’équipe Quad Bike j’ai vraiment eu la super expérience d’être très bien entouré (sur les courses, au magasin etc). Et c’est une super sensation que d’évoluer avec des personnes d’expérience et de bon conseils sur le plan sportif. Malheureusement pour moi et bien qu’ayant bénéficié d’énormément de la part de Vincent et de toute l’équipe Quad Bike lors des saisons 2016/17, ils leur étaient impossible de me céder une machine à l’année pour 2018. Ce qui est compréhensible quand on connaît l’engouement en matière de location de SSV. Alors plutôt que d’acheter une machine dans mon coin j’ai cherché des personnes passionnées, avec qui je pourrais partager ma passion et ma petite expérience en rallye. Et c’est en consultant une annonce sur internet que je suis rentré en contact avec la nouvelle équipe Rage France. La même équipe qui venait justement de faire homologuer un SSV Rage FFSA flambant neuf. On a donc planifié une séance d’essais chez eux à Chalindrey du côté de Dijon. Séance d’essais qui s’est fort bien passée et qui a aboutie à une belle amitié et à un contrat pilote. Le but pour eux étant de faire connaître la machine sur les courses et par le biais des réseaux sociaux avec les vidéo/photos que nous avons l’habitude de réaliser. C’est une chance pour moi car c’est une équipe de passionnés, avec le cœur sur la main et qui m’ont fait une confiance totale rapidement. Je bénéficie de leur part d’un soutien total pièces, engagements, licences … Une chose assez inespérée pour un pilote de mon niveau. La machine quand à elle m’est mise à disposition pour toute la saison, me laissant des possibilités de séances d’entraînement et de réglages non négligeables. Il s’agit d’un châssis Rage deux roues motrices emmené par un moteur de CBR 1000 stock.

2) Ton podium du PV aux côtés de Peterhansel et Guyette est l’image que tu gardes de 2017 ?

C’est vrai que Plaines reste pour l’instant un de mes meilleurs souvenirs. Pouvoir rouler aux côtés de Peterhansel c’était assez fou. C’est un gars que je regarde en janvier au Dakar habituellement. Pour moi c’est une grosse référence. Je le respecte énormément. Et puis il a été d’une gentillesse incroyable, on a vraiment passé de bons moments ensemble entre les spéciales ou au parc. Donc forcément me retrouver sur le podium aux côtés de lui et de Seb qui se sont bagarrés comme des fous, c’était assez surréaliste.

3) Appréhension en découvrant un rallye inconnu, une auto en chrono face aux autres marques et face à de nouveaux adversaires dont les cartes seront redistribuées avec le programme allégé de Guyette ?

Nous avons vraiment hâte d’y être même si je sais déjà que ça ne sera pas le rallye idéal pour nous. Comme dit plus haut le Rage est en deux roues motrices, et Arzacq étant réputé comme très gras… On y va vraiment dans l’optique de découvrir la machine en course, de voir l’évolution du travail de la mécanique sur deux jours que l’on sait assez intensifs pour les autos. Concernant les pilotes je suis vraiment très heureux que la catégorie prennent un essor aussi important. Plus il y a de monde plus les organisateurs des rallyes sont heureux. Et le fait qu’il y ai de gros niveaux de pilotage chez certains prochains arrivants me réjouit d’autant plus car c’est la meilleure méthode pour progresser.

4) Tu avais des notions de pilotage avant ta première apparition en SSV il y a 2 ans ?

Non aucune vraie notion. Avant le Dunes 2016 je n’avais jamais pris le départ d’une course. Et mise à part un kart cross 2cv dans les champs derrière chez moi je n’avais jamais trop touché à un volant. A vrai dire j’ai toujours dit à tout le monde que le 4 roues c’était pas pour moi. Faut croire que les choses changent …

 

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.