DES GALLOIS INVESTISSENT ARZACQ !

 

Qui pouvait pronostiquer la victoire du seul équipage étranger venu disputer la manche d’ouverture du Championnat de France des rallyes tout-terrain à Arzacq ? Chris Bird et Anthony Brinkmann sur un Rivet Ford (2.5 litres) l’ont enlevée pour 12 secondes de mieux que les cousins Garicoix, Jean et Jérôme. Les Gallois ont poussé un « ouf » de soulagement à l’annonce de leur succès. Cet équipage audacieux n’est pas le seul à avoir traversé le Channel pour se déplacer à Arzacq, les sœurs anglaises Simmonite (Stéphanie et Rachel) les ont précédés en 2000 et ont inscrits leurs noms au palmarès.

« Très beau rallye malgré des conditions difficiles. C’était intéressant de se battre contre des locaux et de nous situer par rapport à eux car, le terrain est très différent du nôtre. Nous serons peut-être au Labourd si le Rivet le permet… » a déclaré Chris à la sortie de l’habitacle.

Jean et Jérôme Garicoix ont frôlé de nouveau l’exploit à l’image de celui réalisé en septembre dernier au rallye des Cimes : « C’est impeccable de débuter la saison de la sorte même si, nous ne disputerons pas toutes les manches du Championnat mais au moins, celles de notre coin » avise Jean, le pilote qui ajoute : « Beaucoup de choses ont été réalisées sur le BMC durant l’intersaison. Nous constatons avoir été dans le bon sens. Personnellement, j’ai bien aimé le parcours même gras ! » explique t’il en jetant œil complice vers le tonton Anicet Garicoix, trois victoires à Arzacq.

Entre Jérôme Helin et Alexandre Thion, le minuscule écart les séparant demanda un peu de temps pour les départager ! En écopant de 10 secondes pour départ anticipé, Thion reste au pied du podium, déçu ! « Mon bilan est mitigé ! Mais, le côté positif de ma participation, le constat d’une meilleure typographie du Fouquet et, une adaptation progressive à la boîte séquentielle dont il est désormais équipé. » On reverra Alexandre au Gatinais en mai prochain alors que Jérôme Helin sera de la prochaine manche au Pays-Basque (Labourd). « Après une année sabbatique, la reprise s’avère existante. Accéder au podium est un remerciement pour le groupe qui m’accompagne et me fait confiance. Je suis satisfait de mon week-end d’autant que, Arzacq ne m’a jamais réussi jusqu’ici. J’envisage de disputer la première partie du Championnat jusqu’au Barétous et, ensuite, de préparer les Cimes correctement » prévient Jérôme.

Stéphane Abadie grappille une place entre les deux étapes. En terminant 5ème, il efface son samedi placé sous le signe de la prudence : « Je suis parti dans la première boucle de dimanche

craintivement, me suis lâché et pris du plaisir dans la seconde, les pistes s’asséchants. »

Thomas Lefrançois  6ème précède Daniel Favy qui effectue un bond en avant entre samedi et dimanche. De la 11ème place après une cascade de problèmes (étrier de freins, tout droit, surchauffe moteur…) l’Auvergnat et sa fille Clémence ont été épargnés durant la journée dominicale pour terminer au 6ème rang final.

Rentrent respectivement dans le top 10, Yannick Lonné-Peyret, Joël Chopin et Pierre Bossart tandis que le novice Stephan Barthe (18 ans) dont c’était la première participation derrière le volant se classe 11ème avec son ami, Loïc Costes. « Stephan a bien progressé durant le week-end. Il réalise un apprentissage intelligent… » avance Loïc qui l’a navigué durant le rallye avant de s’installer derrière le volant au Labourd ou au Gatinais selon la préparation de son Buggy. « Ce fut dur mais super ! Avec Loïc, je me suis éclaté ! J’avoue avoir pris de l’assurance au fil des spéciales sans m’enflammer pour autant car, il faut avancer progressivement surtout sans freins dont je fus privé dans Lapierre2 (dimanche). Et dans la dernière, je bénéficiais que des freins à l’arrière, il est difficile de tourner le Fouquet dans ces conditions. Je suis à l’arrivée : l’essentiel et heureux d’atteindre mon premier objectif ! »

Mention pour Jean-Luc Martineau, transfuge du rallye-raid qui débarque en rallye tout-terrain (il  évoluera également en endurance). Ce pilote de 70 ans mène la dernière version du Buggy Fouquet et se voit secondé dans l’habitacle par Cédric Chatris. Celui-ci, longtemps navigateur de Laurent Fouquet a remporté le rallye d’Arzacq avec le constructeur-pilote en 2006 et dix ans plus tard en 2016.

Lanterne rouge de la catégorie Championnat, l’arzacquois Pierre Sansot eut le mérite de terminer après un samedi plutôt malchanceux : « J’ai cassé un arbre de transmission (étape 1) et l’ai réparé sur la spéciale.  Nous avons terminé notre journée en 2 roues motrices pour pouvoir remettre le couvert le dimanche. Excepté mettre de l’essence dans le Buggy rien ne m’a freiné sur les six spéciales dominicales. »

CLASSEMENT GENERAL FINAL CHAMPIONNAT: 1. Bird-Brinkmann (Rivet Ford), 1h18’51; 2. Jean & Jérôme Garicoix(BMC Suzuki) , 1h19’03; 3. Helin-Rovaldieri (Rivet Suzuki), 1h19’45;  4. Thion-Hagron (Fouquet Nissan), 1h19’54; 5. Abadie-Bozom (Nissan Fouquet), 1h20’44; 6. Lefrançois-Guerin (Rivet

Honda), 1h20’55’’8; 7. Daniel & Clémence Favy (Fouquet Nissan), 1h21’00’’7; 8. Lonne PeyretMarestin (Fouquet Honda), 1h21’00’’7 ; 9. Chopin-Helintzia Flouret Barbé (Rivet Nissan), 1h22’05’’ ; 10. Pierre & Henrik Bossart (Rivet Nissan), 1h22’05’’6 ; 11. Barthe-Costes (Fouquet Honda), 1h23’25’’4 ; 12. Guyot-Criel (Phil’s Car Honda), 1h24’11’’3 ; 13. Brulon-Urrutia (Caze Kawasaki),

1h25’42 ; 14. Gérard & Michel Etchart (Rivet PRV), 1h29’13’’9 ; 15. Morgan & Marjorie Lalanne (Fouquet Honda), 1h30’04’’5 ; 16. Damien & Stephan Legagnoa (Caze Kawasaki), 1h 34’54’’8 ; 17. Martineau-Chatris (Fouquet Nissan), 1h37’24’’5 ; 18. Ranchou-Guillermou (Fouquet PRV), 1h38’07’’7 ; 19. Sansot-Marques Cunha (Sansot Honda), 1h42’52.

LES ABANDONS NOTOIRES

  • Jean-Philippe DAYRAUT : ES5 – Direction assistée.
  • Nicolas CASSIEDE : ES8 – Sortie de piste manque d’essuie-glace.
  • Grégory VINCENT : ES12 – Sortie de piste.

 

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés