4X4 – 2 roues motrices & SSV SACREES BATAILLES….

A l’image de la catégorie Championnat, les trois autres 4×4, 2 roues motrices et SSV ont offert un aussi grandiose spectacle  et les vainqueurs ont été désignés presque sur le poteau !

Les deux Fabien du 4×4, Darracq et Daigneau, ont joué des coudes durant la journée de samedi. Malheureusement, Daigneau perdait l’avantage dans l’avant-dernier secteur sélectif (Pont Long 2) trahi par la boîte de transfert de son Jeep Cherokee. Darracq, aux aguets sautait sur l’occasion pour s’emparer de la tête de la catégorie et ne la quittait plus jusqu’au damier.

« Ce fut un rallye plus compliqué que d’habitude. Une sacrée frayeur dans Lapierre 2 quand je suis sorti, une bouffée de chaleur a envahi mes joues ! » avoue le vainqueur des 4×4.

Avec la casse du pont dès la 1ère spéciale (Uzan), Joël Harichoury frola la correctionnelle : « Je pointe en 3ème position au final avec 14 secondes de retard sur Darracq. Je suis parti de loin mais comme tout le monde a rencontré des soucis j’ai pu rentrer de nouveau dans la course. »

100% féminin, l’équipage Sandrine  Friedrich – Sandra Urrutia (Land Rover) se sont bien défendues face à l’adversité. « L’auto a été parfaite et fiable après avoir subi un sacré lifting cet hiver. Par contre, sur les pistes grasses, j’avais du mal à la tenir d’autant que je suis partie sans effectuer de reconnaissances. Sandra me naviguait pour la première fois, elle s’en est plutôt bien sortie. »

CLASSEMENT FINAL 4X4 : 1. Darracq-Lalanne (Toyota Hilux), 1h43’16’’9 ; 2. Daigneau-Caquelard (Jeep Chrysler), 1h43’35’’4 ; 3. Harichoury-Garispe (Jeep Cherokee), 1h 47’48’’4 ; 4. Jacques & Rudy Vigouroux (Land Rover), 1h50’42’’ ; 5. Sandrine Friedrich-Sandra Urrutia (Land Rover), 1h52’49’’1; 6. Bossy-Miguet (Suzuki Jimmy), 1h54’19’’9; 7. Pierre & Lucas Gourragne (Nissan Patrol), 2h07’17’’9.

En 2 roues motrices, les Buggys Cledze Suzuki ont joué au chat et à la souris. Si, Aurélien Cabe était le leader de la catégorie samedi soir, Nicolas Martin lui grille la politesse au final. Un arbitre de luxe, Peyo Harguindeguy sur Fouquet Honda, il s’est intercalé entre Martin et Cabe, le cas déjà au terme de l’étape 1.

Le régional de l’étape, Stéphane Boutet  (5ème) accompagné par son jeune fils Guillaume (16 ans) signa les deux scratch de la catégorie dans Château : « Je remporte le classement du quartier (face à Sansot), c’est important pour nous les locaux. Sincèrement, je me suis bien amusé malgré un terrain dégradé… »

ARZACQ, FRANCE – 28 FEVRIER : vérifications techniques du 38e Rallye des Collines d’Arzacq le 28 février 2020 à Arzacq, France. (Photo de Romain Perchicot)

CLASSEMENT FINAL 2 ROUES MOTRICES : 1. Martin-Maigre (Cledze Suzuki), 1h26’55’’6 ; 2. Harguindeguy-Lozano (Fouquet Honda), 1h27’10’’2 ; 3. Cabe-Collin (Cledze Suzuki), 1h27’22’’7 ; 4. Berrouet-Othats (Cledze Suzuki), 1h27’52’’8 ; 5. Stéphane & Guillaume Boutet (Caze Honda), 1h27’54’’1 ; 6. Duparcq-Leite (Cledze Suzuki), 1h32’25’’4 ; 7. Nicolas & Alexandre Etchegoyen (Rivet Suzuki), 1h34’02’’ ; 8. Lavigne-Colomb (BMC Honda), 1h35’52’’9 ; 9. Cédric & Stéphanie Aupetit (Caze Suzuki), 1h38’05’’9 ; 10. Darboure-Saint Martin (Caze Hayabusa), 1h38’25’’1.

En SSV, l’abandon prématuré de Maxime Fourmaux (injecteur) a permis à cette classe massive de se redistribuer les cartes. Sur le fil, Jordy Delbouys l’emporte devant Nicolas Bidault, tous deux équipés de Can Am.

« C’est mon premier rallye avec ma compagne (Aurélie Plasmondon), je suis fier de lui offrir cette victoire. Ce ne fut pas idéal de piloter sur des spéciales exigeantes d’autant que nous n’étions pas partis pour gagner ! » avoue Jordy.

« J’ai commis une bêtise sur laquelle j’abandonne la victoire ! J’étais dans le coup mais j’ai trop levé le pied pour gérer  l’étape 2 » reconnait Nicolas.

Troisième José Castan admet : « Après l’étape 1, j’ai changé la cartouche en passant du mode rallye-raid à celui de tout-terrain. Cela a payé ! » a-t’il humorisé.

Les locaux Thibaut Lacoste et David Toulou émargent aux 4ème et 5ème places. « J’ai cassé un triangle dans Nouzeilles et, tapé dans une botte de paille, elle en a fait 10 tonneaux… Je n’arrivais pas à tourner, cela m’a aidé ! » rigole Thibaut tandis que David accompagné de sa filles Loane, était tout sourire d’avoir franchi l’arrivée en si bonne compagnie : « J’ai bien cru que nous ne finirions pas ! Au départ du dernier secteur, j’ai cassé le variateur ! Dans l’ensemble, ce fut un très bon week-end pour nous… » et Loane d’ajouter : « Les spéciales étaient très belles même grasses, je suis super contente d’avoir vécu cette aventure avec Papa et suis prête pour la suivante le Labourd. J’ai déjà hâte ! Je tiens à remercier Jean-François Palissier de m’avoir prêté le casque de Arthur pour la course, je l’ai senti très présent avec nous ! »

CLASSEMENT FINAL SSV : 1. Delbouys-Plasmondon (Can Am), 1h20’00’’9 ; 2. Bidault-Blanluet Tardif (Can Am), 1h20’03’’3; 3. Castan-Palacio (Can Am), 1h20’51’’9;  4. Lacoste-Perrin Castan (Can Am), 1h22’35’’; 5. David & Loane Toulou (Can Am), 1h23’30’’6. 6. Lopes-Duphil (Can Am), 1h26’58’’; 7. Pastor-Panchetti (Yamaha), 1h28’00’’8; 8. Salaberry-Allard (Can Am), 1h28’29’’3; 9. Bidart-Roy (Polaris), 1h28’33’’7; 10. Biscaycacu-Aranthabe (Polaris), 1h28’50’’5; 11. Anthony & Alison Menanteau (Can Am), 1h32’07’’7; 12. Hourtané-Resse (Can Am), 1h38’11’’6; 13. Stéphane & Soledad Azaban (Can Am), 1h46’11’’; 14. Faci-Larroquet (Yamaha), 1h51’32’’9; 15. Bidart-Evrard (Polarris), 1h58’15’’5.

Prochaine manche : Le Labourd les 4 et 5 Avril (Saint Pée sur Nivelle).

 

DES GALLOIS INVESTISSENT ARZACQ !

 

Qui pouvait pronostiquer la victoire du seul équipage étranger venu disputer la manche d’ouverture du Championnat de France des rallyes tout-terrain à Arzacq ? Chris Bird et Anthony Brinkmann sur un Rivet Ford (2.5 litres) l’ont enlevée pour 12 secondes de mieux que les cousins Garicoix, Jean et Jérôme. Les Gallois ont poussé un « ouf » de soulagement à l’annonce de leur succès. Cet équipage audacieux n’est pas le seul à avoir traversé le Channel pour se déplacer à Arzacq, les sœurs anglaises Simmonite (Stéphanie et Rachel) les ont précédés en 2000 et ont inscrits leurs noms au palmarès.

« Très beau rallye malgré des conditions difficiles. C’était intéressant de se battre contre des locaux et de nous situer par rapport à eux car, le terrain est très différent du nôtre. Nous serons peut-être au Labourd si le Rivet le permet… » a déclaré Chris à la sortie de l’habitacle.

Jean et Jérôme Garicoix ont frôlé de nouveau l’exploit à l’image de celui réalisé en septembre dernier au rallye des Cimes : « C’est impeccable de débuter la saison de la sorte même si, nous ne disputerons pas toutes les manches du Championnat mais au moins, celles de notre coin » avise Jean, le pilote qui ajoute : « Beaucoup de choses ont été réalisées sur le BMC durant l’intersaison. Nous constatons avoir été dans le bon sens. Personnellement, j’ai bien aimé le parcours même gras ! » explique t’il en jetant œil complice vers le tonton Anicet Garicoix, trois victoires à Arzacq.

Entre Jérôme Helin et Alexandre Thion, le minuscule écart les séparant demanda un peu de temps pour les départager ! En écopant de 10 secondes pour départ anticipé, Thion reste au pied du podium, déçu ! « Mon bilan est mitigé ! Mais, le côté positif de ma participation, le constat d’une meilleure typographie du Fouquet et, une adaptation progressive à la boîte séquentielle dont il est désormais équipé. » On reverra Alexandre au Gatinais en mai prochain alors que Jérôme Helin sera de la prochaine manche au Pays-Basque (Labourd). « Après une année sabbatique, la reprise s’avère existante. Accéder au podium est un remerciement pour le groupe qui m’accompagne et me fait confiance. Je suis satisfait de mon week-end d’autant que, Arzacq ne m’a jamais réussi jusqu’ici. J’envisage de disputer la première partie du Championnat jusqu’au Barétous et, ensuite, de préparer les Cimes correctement » prévient Jérôme.

Stéphane Abadie grappille une place entre les deux étapes. En terminant 5ème, il efface son samedi placé sous le signe de la prudence : « Je suis parti dans la première boucle de dimanche

craintivement, me suis lâché et pris du plaisir dans la seconde, les pistes s’asséchants. »

Thomas Lefrançois  6ème précède Daniel Favy qui effectue un bond en avant entre samedi et dimanche. De la 11ème place après une cascade de problèmes (étrier de freins, tout droit, surchauffe moteur…) l’Auvergnat et sa fille Clémence ont été épargnés durant la journée dominicale pour terminer au 6ème rang final.

Rentrent respectivement dans le top 10, Yannick Lonné-Peyret, Joël Chopin et Pierre Bossart tandis que le novice Stephan Barthe (18 ans) dont c’était la première participation derrière le volant se classe 11ème avec son ami, Loïc Costes. « Stephan a bien progressé durant le week-end. Il réalise un apprentissage intelligent… » avance Loïc qui l’a navigué durant le rallye avant de s’installer derrière le volant au Labourd ou au Gatinais selon la préparation de son Buggy. « Ce fut dur mais super ! Avec Loïc, je me suis éclaté ! J’avoue avoir pris de l’assurance au fil des spéciales sans m’enflammer pour autant car, il faut avancer progressivement surtout sans freins dont je fus privé dans Lapierre2 (dimanche). Et dans la dernière, je bénéficiais que des freins à l’arrière, il est difficile de tourner le Fouquet dans ces conditions. Je suis à l’arrivée : l’essentiel et heureux d’atteindre mon premier objectif ! »

Mention pour Jean-Luc Martineau, transfuge du rallye-raid qui débarque en rallye tout-terrain (il  évoluera également en endurance). Ce pilote de 70 ans mène la dernière version du Buggy Fouquet et se voit secondé dans l’habitacle par Cédric Chatris. Celui-ci, longtemps navigateur de Laurent Fouquet a remporté le rallye d’Arzacq avec le constructeur-pilote en 2006 et dix ans plus tard en 2016.

Lanterne rouge de la catégorie Championnat, l’arzacquois Pierre Sansot eut le mérite de terminer après un samedi plutôt malchanceux : « J’ai cassé un arbre de transmission (étape 1) et l’ai réparé sur la spéciale.  Nous avons terminé notre journée en 2 roues motrices pour pouvoir remettre le couvert le dimanche. Excepté mettre de l’essence dans le Buggy rien ne m’a freiné sur les six spéciales dominicales. »

CLASSEMENT GENERAL FINAL CHAMPIONNAT: 1. Bird-Brinkmann (Rivet Ford), 1h18’51; 2. Jean & Jérôme Garicoix(BMC Suzuki) , 1h19’03; 3. Helin-Rovaldieri (Rivet Suzuki), 1h19’45;  4. Thion-Hagron (Fouquet Nissan), 1h19’54; 5. Abadie-Bozom (Nissan Fouquet), 1h20’44; 6. Lefrançois-Guerin (Rivet

Honda), 1h20’55’’8; 7. Daniel & Clémence Favy (Fouquet Nissan), 1h21’00’’7; 8. Lonne PeyretMarestin (Fouquet Honda), 1h21’00’’7 ; 9. Chopin-Helintzia Flouret Barbé (Rivet Nissan), 1h22’05’’ ; 10. Pierre & Henrik Bossart (Rivet Nissan), 1h22’05’’6 ; 11. Barthe-Costes (Fouquet Honda), 1h23’25’’4 ; 12. Guyot-Criel (Phil’s Car Honda), 1h24’11’’3 ; 13. Brulon-Urrutia (Caze Kawasaki),

1h25’42 ; 14. Gérard & Michel Etchart (Rivet PRV), 1h29’13’’9 ; 15. Morgan & Marjorie Lalanne (Fouquet Honda), 1h30’04’’5 ; 16. Damien & Stephan Legagnoa (Caze Kawasaki), 1h 34’54’’8 ; 17. Martineau-Chatris (Fouquet Nissan), 1h37’24’’5 ; 18. Ranchou-Guillermou (Fouquet PRV), 1h38’07’’7 ; 19. Sansot-Marques Cunha (Sansot Honda), 1h42’52.

LES ABANDONS NOTOIRES

  • Jean-Philippe DAYRAUT : ES5 – Direction assistée.
  • Nicolas CASSIEDE : ES8 – Sortie de piste manque d’essuie-glace.
  • Grégory VINCENT : ES12 – Sortie de piste.

 

 

ETAPE 1 TT ARZACQ : PAROLES DE PILOTES…

Ce soir, à l’issue de l’étape 1 du Rallye tout-terrain des Collines à Arzacq, manche d’ouverture du Championnat de France, l’équipage britannique Chris Bird et Anthony Brinkmann (Rivet Ford) sont en tête et précèdent Grégory Vincent et Sébastien Méquinion (Caze Nissan) de moins d’une seconde !

Les cinq premiers au classement général du Championnat sont dans un mouchoir de poche, ce qui laisse présager une belle bagarre durant l’étape 2 sur les six spéciales du jour : Lapierre, Château et Nouzeilles.

Nicolas BIDAULT (#404) – leader en SSV : « Tout va bien même le terrain gras nous convient. Nous roulons régulièrement.

David TOULOU (#412) – 6ème : « Avec ma fille Loane, nous avons bien géré la journée ! J’en garde sous le pied, on s’amuse bien ! »

Franck OLAIZOLA (#421) – 3ème : « Je me suis bien amusé durant l’étape. Le Can-Am fonctionne parfaitement, j’ai perdu un peu de temps dans l’ES5. »

Hervé BIDART (#408) – 18ème : « J’ai bien commencé le rallye mais ensuite dans Uzan 2, deux crevaisons arrière dans une ornière puis, en insistant trop sur le variateur, la courroie s’est cassée. Sur ces incidents, j’ai perdu une dizaine de minutes. »

Vincent LOCMANE (#411) – 10ème : « Je suis en pleine forme et espère être de la même façon demain ! Mon objectif, être dans les 10 premiers, nous y sommes ! »

Thibaut LACOSTE (#431) 6ème : « C’est la première fois que je participe au Rallye d’Arzacq, donc totale découverte. Suis heureux d’avoir roulé aujourd’hui sur les terres de ma Maman (Mazerolles) et demain sur celles de mon Papa (Poursuigues). Ma journée s’est démarquée par une crevaison lente dans Uzan2 et un triangle dans Pont Long2. »

Pascal BIDART (#448) – 14ème : « Nous avons cassé un cardan dans l’ES1 (Uzan) puis une courroie, c’est le bilan de la journée. »

José CASTAN (#555) – 5ème : « J’ai roulé cool en ayant du mal à me mettre dedans ! Je ne suis pas assez incisif face aux nombreux jeunes ! Peux mieux faire ! »

Fabien DARRACQ (#302) – leader 4×4 : « C’est un rallye compliqué à gérer. Je suis en tête ce soir suite aux soucis rencontrés par Fabien (Daigneau). »

Fabien DAIGNEAU (#304) – 2ème : « Tout a bien fonctionné jusqu’à la spéciale 5 (Pont Long). La boîte de transfert a lâché dans la 6 (Aubiosse), pas facile de rouler en 2 roues motrices. Demain, j’ai peur de casser le train arrière… »

Alexandre THION (#6) – 6ème : « Une journée compliquée ! J’ai apporté quelques innovations au Fouquet dont une palette au volant. J’ai donc découvert au fil des spéciales le fonctionnement. J’ai commis quelques bêtises et sur la fin, je me suis senti mieux en termes de chronos. »

Joël CHOPIN (#8) – 11ème : « Dure reprise. La voiture est impeccable. Terrain comme j’aime. Je roule trop sur la réserve. »

Jean GARICOIX (#165) – 3ème : « Très beau rallye malgré le temps ! C’est extrêmement glissant mais ce l’est pour le tout le monde ! »

Grégory VINCENT (#9) – 2ème : « Les spéciales sont jolies mais ce sont dégradées au fil des passages. Pas possible de mettre tout, sur les freinages et certains endroits manquent de grip. Le rallye est plus technique que l’an dernier. Je roule sur la défensive. »

Yannick LONNE-PEYRET (#10) – 9ème : « J’ai explosé une roue dans Uzan 2. Après des modifications effectuées cet hiver, j’ai le sentiment que mon Fouquet est plus adapté aux rallyes actuels. Il faut rouler à fond pour jouer devant ! »

Jérôme HELIN (#33) – 7ème : « Je me suis collé une petite pression depuis le départ. J’ambitionne d’être à l’arrivée pour le petit groupe humain qui m’a aidé à partir, ne serait-ce que pour les remercier ! »

Stéphane ABADIE (#25) – 6ème : « J’ai assuré toute la journée… d’autant que je n’ai roulé depuis les Cimes 2019. »

Daniel FAVY (#29) – 12ème : « Pas une spéciale sans avoir de souci : étrier de frein, surchauffe, un tout droit… j’ai roulé propre uniquement dans la dernière. »

Nicolas CASSIEDE (#111) – 4ème : « J’ai très bien démarré (il signa le meilleur chrono de l’ES1 à Uzan), je me sens vraiment à l’aise dans l’auto. J’ai tout donné au cours de la journée. Le Fouquet est sain et bien préparé. J’ai pris du plaisir ! »

Stephan BARTHE (#12) – 13ème : « C’est dur mais super ! Avec Loïc dans l’habitacle, nous nous éclatons. J’ai de la chance de piloter une auto magnifique. Je prends un peu d’assurance au fil des spéciales, il faut y aller progressivement. »

Chris BIRD (#175) – 1er : « L’auto marche très bien avec le nouveau moteur qui l’équipe. Anthony qui n’avait plus roulé depuis une dizaine d’année, rempli bien son job. »

Marie-France Estenave